Et si ta voiture était un dispositif Android?

Android Automotive fonctionne comme une sorte de smartphone à quatre roues. Notre expérience en voiture évoluera avec la transition des téléphones portables aux smartphones

01-02-2022José LourençoJosé Lourenço

Article d'opinion publié dans AutoDrive Magazine mars 2022.

Avec Android Automotive, c'est déjà possible. Il s'agit d'un système d'exploitation complet responsable de tout ce qui se passe dans la voiture, dés le moment où nous cliquons sur Start, en passant par l'utilisation de la climatisation et même l'utilisation d'applications telles que Spotify ou Google Maps. C'est d'ailleurs la grande différence par rapport à Android Auto, un système qui a besoin d'un smartphone Android pour fonctionner et n'a pas accès aux fonctions de la voiture, ne contrôlant que les applications exécutées sur le téléphone ; c'est une application pour reproduire l'écran de l'appareil Android sur le tableau de bord du véhicule. Pendant ce temps, Android Automotive fonctionne comme une sorte de smartphone à quatre roues.

Pour mieux le clarifier, je fais la comparaison suivante : ce système est pratiquement ce que Windows est pour un PC. Au lieu de fonctionner sur un téléphone portable, un tablet ou même une TV, il apparaît dans un véhicule, mais ne peut pas être installé par les conducteurs. La seule façon de l'obtenir est d'acheter une nouvelle voiture dont le système d'exploitation est préchargé. Google, responsable du système, s'associe aux constructeurs automobiles, en pré-installant Android Automotive sur ses unités principales, directement depuis l'usine.

Le premier véhicule à prendre en charge Android Automotive a été le Polestar 2, suivi du Volvo XC40 Recharge. Mais le marché se développe. Google a déjà conclu des accords pour s'étendre à d'autres marques telles que Ford, General Motors et l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Honda a récemment annoncé qu'il adoptera également la plate-forme à partir de l'année prochaine.

Review du Volvo XC40 par Razão Automóvel

Les utilisateurs interagiront avec Android Automotive via un écran tactile, généralement au centre du tableau de bord. Cependant, les constructeurs auront une certaine liberté de choix pour définir un lieu différent où ils pourront consulter les applications du système d'infodivertissement de la voiture ; et même de présenter un système visuel plus robuste où l'information peut être présentée et passer par de différentes dispositions. Cet affichage plus robuste dont je parle s'appelle Cluster Display. Grâce à cette technologie, le système Android Automotive permet une présentation des informations en grappes où l'on peut voir les informations sur différents moniteurs. Des affichages plus frontaux pour l'utilisateur, comme c'est le cas où se trouve normalement le compteur de vitesse, où des informations telles que les directions de navigation peuvent être affichées ; et d'autres moins axées sur le conducteur, telles que les applications multimédias (applications musicales, podcasts, actualités...) ou des applications qui impliquent plus d'informations, telles que les points d'intérêt à proximité, qui, étant une distraction pour le conducteur, sont présentés dans un lieu avec moins accès à sa visibilité directe.

La sécurité du conducteur est un autre avantage d'Android Automotive. L'audio sera le principal contenu à consommer, par exemple via les soi-disant applications multimédias. De plus, le système peut identifier si la voiture est en mouvement. Il donnera également accès à diverses informations du véhicule - telles que la consommation, la pression des pneus ou la vitesse - qui font gagner de la place à l'imagination et à l'innovation.

Du point de vue du développement logiciel, on retrouve un avantage de plus : le stock technologique Android que l'on connaît est exploitable, permettant d'exploiter tout ce que l'écosystème propose aussi bien en Java qu'en Kotlin. Et, si nous le voulons, nous pouvons toujours utiliser Xamarin Android. Les possibilités de migration d'applications existantes sont en effet un atout et quelque chose que le marché du développement n'ignorera pas.

En plus de l'Android standard que nous connaissons, nous avons également à nôtre disposition Car UI Library, un cadre d'interface utilisateur qui nous permet d'avoir des éléments graphiques spécifiques pour utiliser un écran dans une voiture, et cohérent avec tout le reste de l'interface utilisateur Android Automotive. N'ignorant pas que différents fabricants peuvent avoir des variantes graphiques, la bibliothèque d'interface utilisateur de voiture avec l'interface utilisateur Android standard nous aide également à atteindre une harmonie solide entre l'interface utilisateur que nous connaissons d'Android Mobile à l'interface utilisateur d'un appareil graphique automobile. C'est notre garantie que l'application fonctionne et respecte les normes d'utilisation et graphiques, en maintenant la cohérence dans l'environnement Apps.

Google déjà sur le terrain, mais les Stores qui fournissent le système vont augmenter. 

Puisque nous parlons d'Android, nous ne pouvons pas ignorer un point important : Quel App Store pourra-t-on utiliser ? C'est là que nous entrons dans le thème "Google", qui a déjà l'Android Automotive Store, mais maintient certaines restrictions sur le type d'applications. L'accent est mis sur les applications multimédias, mais la pression d'autres types d'applications telles que le paiement des parcs ou les services d'assistance aux déplacements ouvrira certainement la porte à d'autres domaines d'application. 

Sur le marché automobile, où la concurrence est quelque chose de naturel et d'attendu, différents fabricants peuvent vouloir différents magasins avec des normes différentes. Cependant, puisque nous parlons d'Android, je pense que les mêmes applications continueront d'être utilisées même dans différentes Stores, tant qu'ils auront Android Automotive. 

La grande difficulté ne concernera pas seulement l'adoption, mais aussi la communication du produit. Toute communication passe par "Google built in", mais rien n'empêche un constructeur de vouloir utiliser Android Automotive et ne pas s'associer ou utiliser d'autres services Google. Parce qu'en fin de compte, et en prenant Huawei comme exemple, Android n'est pas Google et Google n'est pas Android. Android est open source, tout comme Android Automotive. Espérons que cette liberté puisse, dans un avenir pas trop lointain, mettre un Android dans chaque voiture.

 

Vous voulez faire partie du monde Android Automotive?

Nous contacter